Du côté de la presse

Article de presse, interview

Formation du D.U.Généalogie et Histoire des familles à l'Université de Nîmes

23/02/2019
Article de Rédaction Dis-Leur! Dans le Gard, s’écrit une belle page de la généalogie

Lien : https://dis-leur.fr/societe-dans-le-gard-secrit-une-belle-page-de-la-genealogie/

07/02/2017

Article du Progrès – Le retour de la table de Felix Mangini à Saint Pierre la Palud

Lien :https://c.leprogres.fr/rhone/2017/02/07/le-retour-de-la-table-de-felix-mangini

Patrimoine de la commune de Saint Pierre la Palud

Musée de la Mine et de la Minéralogie

25/07/2018
Article du Progrès – L’activité de la mine boostée par la guerre dès 1914

Lien vers le site : http://www.musee-de-la-mine.free-h.net/

Journées du Patrimoine au Pays de l'Arbresle

07/02/2017

Article de l’Office du Tourisme du Pays de L’Arbresle

Lien : https://pro-arbresletourisme.jimdofree.com/

Crédits photos : Office de tourisme du Pays de L’Arbresle

Interview de Sandrine Anton et Thierry Peuble par Gladys de l’Office du Tourisme du Pays de L’Arbresle titre ici

Nous avons rencontré Sandrine Anton et Thierry Peuble, membres actifs de l’association Les Amis de la Mine.

Depuis combien de temps le Musée de la Mine et de la Minéralogie participe-t-il aux Journées du patrimoine ?

Thierry Peuble : je dirais, depuis les années 2000. On a envie de participer à tout cet élan qui a lieu dans la région. On a envie de faire connaître le musée et de dynamiser la commune de Saint-Pierre-la-Palud. C’est un site majeur en Pays de L’Arbresle car nous avons une très bonne fréquentation.

Sandrine Anton : effectivement, notre fréquentation a bien augmenté l’année dernière. Suite au succès rencontré lors de l’évènement « Les Années 30 au Pays des Mines » nous avions décidé de prolonger notre exposition « La cuisine du mineur » et notre conférence « les 3 S dans les années 30 » pour les JEP. Le fait aussi d’avoir créé la page Facebook a permis d’accroître également notre communication sur ces journées.

Thierry Peuble : c’est un événement national. On se sent concerné car notre musée est un musée d’histoire et de minéralogie. Cela implique de faire beaucoup de recherches documentaires pour compléter et agrémenter nos collections par de nouvelles informations. Un vrai travail d’équipe !

Pouvez-vous nous raconter brièvement l’histoire du musée ?

Thierry Peuble : la mine de Saint-Pierre-la-Palud a exploité le cuivre et la pyrite de fer dès le Moyen Âge (autour

de 1400). Elle a connu un certain élan au XIXème siècle et a fermé en 1972. En 1978-1979, le projet d’ouverture d’un musée par d’anciens mineurs a commencé à prendre forme. La mairie a été consultée et celle-ci a rapidement approuvé le projet. Car il faut dire qu’à cette époque, 70 % des résidents avaient un lien avec la mine : mineurs, familles et descendants de mineurs, etc. Le 14 novembre 1980, l’association Les Amis de la Mine voyait le jour. Le musée a pris ses quartiers là où se trouvait l’ancienne infirmerie. Des galeries et des chantiers miniers ont été reconstitués par les anciens mineurs. En parallèle, des minéraux du monde ont été rassemblés.

Sandrine Anton : l’inauguration du musée a été choisie le 4 décembre 1982, le jour de la fête de la Sainte-Barbe qui est la patronne des mineurs, des pompiers et des artificiers. Une grande fête a été organisée pour l’occasion. À partir des années 90, la municipalité organise une grande manifestation de la Sainte-Barbe. C’est très émouvant, la fête débute par une cérémonie religieuse où les anciens mineurs revêtus de leurs bleus de travail, endossant leur équipement, portent en procession la statue de la Sainte-Barbe. Les enfants, costumés en petits galibots, offrent des brioches lors de la messe. A l’issue de l’office, un défilé s’organise avec la participation des élus, des pompiers et de la fanfare municipale pour se recueillir devant la stèle au centre du village. Tous les ans au village, le 1er dimanche de décembre, nous perpétuons ce bel hommage.

Quelles sont vos fonctions et tâches dans cette association ?

Sandrine Anton : je suis membre actif de l’association depuis 2016. Durant l’année, je cherche des documents, des photographies, des accessoires pour monter l’exposition. Je m’occupe également de la partie communication, j’anime la page Facebook, fais le lien entre l’Office de Tourisme et le musée. Lors des JEP, j’accueille les visiteurs et leur présente les flyers JEP et guides touristiques du Pays de L’Arbresle. Je leur explique les animations au sein du musée et l’animation proposée par l’OT. Je communique également sur la page Facebook en amont et en direct en publiant des photos et vidéos.

Thierry Peuble : je suis entré dans l’association en 1986 à la commission « archives », ensuite j’ai fait des visites guidées. Il y a deux guides + trois personnes à l’accueil, au bar et à l’entrée chaque weekend qui sont tous bénévoles. On a des renforts lors des Journées du patrimoine car on a beaucoup d’affluence. Cette année, je vais participer à la session-conférence « Mémoire de papiers » qui portera sur le rôle de la mine à la fin de la première guerre mondiale ainsi que la présentation de quelques poilus des communes de St Pierre, Sourcieux-les-Mines, Sain-Bel, Chevinay. Il y aura également une lecture de correspondances de poilus.

Qu’aimez-vous le plus lors des Journées européennes du patrimoine ?

Sandrine Anton : la convivialité, je dirais. Ici (Espace Exposition), il y règne une ambiance sympathique, c’est animé. On est tous contents de partager le travail de l’année avec les visiteurs et de voir leur réaction.

Thierry Peuble : on travaille toute l’année, plongés dans nos recherches, et le jour J, on peut enfin faire voir au public le résultat de tout ce travail. C’est très gratifiant ! Et c’est aussi l’occasion d’échanges, de partages. Certains visiteurs nous racontent leur histoire ou celle de leur famille. Par exemple, il arrive que des familles aient eu un père ou un grand-père mineur et ils nous donnent des anecdotes à ce propos. Ils nous apportent parfois de la documentation. D’ailleurs, ça nous fait toujours plaisir quand une personne du village nous apporte de vieilles photos ou de vieux objets.

Que représentent pour vous les Journées du patrimoine ?

Sandrine Anton : c’est l’occasion pour les visiteurs de découvrir le patrimoine culturel d’un territoire et pour les enfants d’apprendre l’histoire par le biais d’animations.Toutefois, pour nous ce ne sont pas des journées exceptionnelles car le patrimoine, on est tout le temps dedans !

Thierry Peuble : c’est une petite aventure. Cela permet de valoriser le patrimoine local, le gros travail accompli par les associations ainsi que les communes du territoire qui sont représentées. Les JEP jouent en quelque sorte le rôle de vitrines pour les communes et les associations.